Forklaring

  • Jean-Pierre-Marie Jazets akvatinte fra ca. 1843 havde Carl von Steubens maleri fra 1828 som sit forlæg. Akvatinten blev udført mere end tyve år efter at Napoleon var død. Og den vidner om, hvor længe datidens Napoleon-kult varede ved. Nederst på bladet citeres et uddrag fra Napoleons førstekammertjener, Louis Joseph Narcisse Marchands upublicerede erindringer. Jazet har udført en personoversigt som viser, hvilke personer man ser på hans akvatinte, Napoleons død (inv.nr. E633). Førstekammertjener Marchand ses midt i billedet, nærmest Napoleon. François Carlo Antommarchi, som afstøbte en række kopier efter Napoleons dødsmaske (inv.nr. L652), ses stående med hånden på Napoleons hovedpude. Numrene her svarer til de numre som er anført på personoversigten:
    1. Napoleon Bonaparte (1769-1821), kejser
    2. Henri Gratien Comte Bertrand (1773-1844), general
    3. Charles-Tristan Comte de Montholon (1783-1853), general
    4. Élisabeth Françoise Bertrand, født Dillon, kaldt Fanny (1777-1864), grevinde
    5. Louis Joseph Narcisse Marchand (1791-1876), Napoleons førstekammertjener
    6. François Carlo Antommarchi (1780-1838), anatomiker og patalog
    7. Abbé Ange. Vignali, korsikansk præst udvalgt af kardinal Fesch som sjælesørger for Napoleon
    8. Napoléon Bertrand (f.1807), søn af Henri Gratien Comte Bertrand
    9. Hortense Bertrand (f.1810), datter af Henri Gratien Comte Bertrand
    10. Henri Bertrand, søn af Henri Gratien Comte Bertrad (f.1812)
    11. Arthur Bertrand, (f. 1817) søn af Henri Gratien Comte Bernard, født på St. Helena. Af kejseren kaldt hans lille tyran.
    12. Louis Etienne St. Denis (1788-186), Napoleons 2. Kammertjener
    13. Achille Thomas L’Union Archambaud, Napoleons kusk
    14. Pierron, Napoleons tjener
    15. Jaques Coursau, Napoleons tjener
    16. Jean Abram Navarez (1790-1849), Napoleons 3. Kammertjener
    17. Jacques Chandellier (født 1798), Napoleons kok
    18. M.D. Archibald Arnott (1771-1855), britiske læge
    19. William Crokat (1789-1879) britisk, vagthavende officer
    20. Mary St. Denis, født Hall, barnepige for grevinde Bertrand.
    21. Josephine Navarez, født Broule hushjælp for fru Montholon.

Motiv / Tema

Mål

  • Bredde (pladerand) 502 mm
  • Højde (pladerand) 360 mm
  • Bredde (papirmål) 585 mm
  • Højde (papirmål) 425 mm
  • 1. L'Empereur / 2.. Le Lieutenant Général Comte Bertrand. / 3. Le Général Comte Montholon. / 4. Mad.me la Comtesse Bertrand. / 5.. Marchand premier Valet de Chambre / 6.. Le Docteur Anthommarchi. / 7.. L' Abbé Vignali / 8.. Napoléon Bertrand / 9. Melle Bertrand / 10.. Henri Bertrand. / 11. Arthur Bertrand, née à St. héléne, l'Empereur l'appelait son petit tyran. / 12.. St. Denis / 13.. / Archambaud Attachés au service de l'Empereur. / 14. Pierron [Attachés au service de l'Empereur.] / 15.. Coursau [Attachés au service de l'Empereur.] / 16.. Navarez Attachés au service de l'Empereur. / 17. Chandellier [Attachés au service de l'Empereur.] / 18.. Le Docteur Anglais Arnold. / 19. Le Capitaine Crokat. / 20. Mme St. Denis. / 21.. Mme Navarez. / La nuit du 4 au 5 Mai avait été très agitée; un délire presque continuel.....des mots inarticulés: France Armée furent les derniers que nous devions entendre, l' Empereur ne parla plus. A quatre heures du main le calme succède à cette agitation; c'est / le calme du courage et de la résignation. L' æil de l'Empereur est fixe, la bouche est tendue. Quelques gouttes d'eau sucrée sont introduites; peu à peu le pouls se Relève; un soupir s'échappe de sa noble poitrine; nous renaissons à l'espérance. A huit heures, les / francais atachés au service de l' Empereur entrent dans la chambre. Ils commandent à la douleur qui les oppresse. L'Ame glacée par le silence de la mort, ils se rangent autour du lit que déjà nous entourions. Nos yeux fixes sur / la tête auguste de l' Empereur, ne s'en détachent plus que pour chercher à lire dans les regards du doceur anlomarchi, si quelque espoir resterait encore. c'est en vain; l'impitoyable mort est là. A cinq heures ½ du soir le canon de retraite se fait entendre. / Le soleil disparaissant dans des flots de lumière cesse d'éclairer l'instant ou l'astre brillant qui domina le monde va s'envelopper dans sa floire immortelle. l'anxiété du docteur redouble. Cette main qui guidait la victoire et dont il compte les pulsations, se glace / par la mort: le docteur Arnott compte les intervalles d'un soupir à l'autre; quinze secondes; puis trente; puis une minute s'écoulent.....L'Empereur n'est plus. Les lèvres sont décolorées, la bouche est foiblemenet contractée; la paupière est fixe; les yeaux sont renversés, / le visage est calme et offre de la sérénité. En cet instant, now sanglots éclatent avec d'autant plus de force, qu'ils avaient été plus longtems comprimés. Les Enfants de Madame Bertrand étaient entrés à 10 heures, ils sont rappellés par leur mère; elle veut qu'ils baisent cette main / glacée, qui, depuis six ans, leur avait prodigué tant de caresses. La scène de désolation qui se passe devant eux ne leur permet pas de supporter plus longtems de si terribles émotions, le fils ainé s'évanouit, il faut les entrainer hors de ces lieux de douleur. / Dans cette intervalle, le capitaine Croket accompagné du docteur Arnott, est entré pour constater l'heure de la mort de l'Empereur sa démarche se ressent du trouble de son âme. Il se retire avec respect et semble offrir des excuses d'être d'être venu troubler notre / douleur. Peu à pres, deux médecins anglais le replacent prsent la main sur le cæur de la victime et retourne froidement certifier le témoignage de cet officier. / Ainsi périt l'Empereur Napoleon, ayant autour de lui quelques serviteurs fidèles, mais non ces objets naturels d'affection que l'homme cherche à ses derniers momens, une mère, une femme, un fils. / [Extrait des souvenira inédits de Mr. Marchand / 1er Valet de chambre de l'Empereur.]